Sixto Durán Ballén

Sixto-Duran-Ballen
Josefina Villalobos de Durán-Ballén contemple le déplacement du cercueil de l'ex président et maire de Quito, Sixto Durán Ballén. Photo : José Jácome / EFE (publiée initialement dans le quotidien équatorien EL COMERCIO)
Une image vaut mieux que mille mots, en voici la preuve. J’ai découvert cette photo grâce à la fille du défunt président. Les larmes aux yeux, elle n’a pas résisté à nous montrer l’amour qui uni encore aujourd’hui ses parents. « 71 ans de mariage, nous dit-elle, on n’en voit plus beaucoup ».  En mémoire de Sixto, ce président bien peu connu…

Sixto Durán Ballén était un architecte de formation, visionnaire d’un Quito moderne avec par exemple la construction de tunnels stratégiques qui font office de périphérique aujourd’hui. Sa carrière a évolué en politique. Il a été maire de Quito, puis président de la république (plutôt de droite) de 92 à 96, puis député, puis ambassadeur à Londres, puis animateur de radio d’une émission de musique classique « musique oubliée » (plus poétique en espagnol : Musica olvidada).
Au pouvoir, son plus grand succès reste sans doute la guerre qu’il a gagnée (la seule victoire militaire de l’Histoire du pays) face au Pérou et son semi-dictateur d’origine japonaise, Fujimori, qui grignotait ses frontières dans la jungle tropicale… Son mot d’ordre : Ni un paso atras : Pas un pas en arrière.
 Son échec le plus drôle : il a voulu mettre en place un changement d’heure pour faire des économies dans le pays. Rajouter 20 minutes à l’heure réelle. Après quelques semaines de confusion générale (« RDV à 15h, heure normale ou heure de Sixto ? ») et une lettre de la part de prostitués se plaignant de leur réduction de leur temps de travail, il a cédé, et est revenu à l’heure normale…
Mais visiblement, ce dont le peuple se souviendra le plus, c’est son exemplarité. Marié et père de huit enfants, il était réputé pour son amour et sa douceur envers ses proches. Décédé à 95 ans, le 15 novembre 2016, on aura eu le privilège de le rencontrer avant sa mort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *